Guide des différentes couches du Web3

Les différentes couches du Web3

Le Web3 est le dernier buzzword qui a connu une montée d’intérêt dans les derniers mois – mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

Le web3 désigne l’internet décentralisé, qui ne nécessite aucune permission ni aucune confiance et qui s’appuie sur la technologie blockchain.

La principale fonctionnalité du web3 est la propriété. Le Web1 fonctionnait en mode “lecture seule” pour la plupart des utilisateurs. Le web2 en “lecture et écriture” sur des plateformes centralisées (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Le Web3 offre aux utilisateurs la pleine propriété sur leur contenu, leurs données et leurs actifs sur la blockchain.

Web1 (lecture seule) => Web2 (lecture et écriture) => Web3 (lecture, écriture et propriété)

Dans le web3, vous pouvez déplacer facilement vos données entre les plateformes. Vos données ne sont plus captives des fournisseurs de services. La coordination du web3 se fait par les tokens (qui garantissent des droits aux utilisateurs).

Le web3 est toujours naissant et fragmenté mais voici le modèle mental que propose Coinbase :

The web3 stack (Coinbase)
La couche du protocole

La 1ère couche est celle des protocoles. Elle est composée de Bitcoin, des plateformes de smart contracts (les L1 comme Ethereum, Solana, Avalanche, Cosmos, etc.). Elle sert de fondations pour les apps du web3.

Par exemple, Bitcoin a au-dessus de lui des réseaux comme le Lightning Network (pour les transactions rapides et moins chères) et Stacks (pour les smart contracts). De même, sur Ethereum, de nombreux protocoles ont été construits (des L2 pour améliorer la scalabilité et autres apps).

Le développement de nombreux L1 et L2 a nécessité la création de ponts pour permettre les échanges de valeur (liquidité) entre les différentes blockchains.

La couche des infrastructures

La couche des infrastructures est bâtie sur celle des protocoles et est composée de blocks variés mais interopérables.

Elle comprend des projets comme des smart contracts d’audit, stockage de données, protocoles de communication, plateformes d’analyse de données, des outils pour la gouvernance des DAO, etc.

Par exemple, Uniswap permet d’échanger un actif contre un autre. Arweave permet de stocker des données de façon décentralisée. Les domaines ENS peuvent servir d’outils pour gérer les identités dans le web3. Une application à elle seule ne permet pas de réaliser beaucoup de choses mais lorsqu’on les combine ensemble, elles agissent comme des fondations en lego sur lesquelles n’importe qui peut bâtir n’importe quelle application.

La couche des cas d’usage

Un jeu comme Axie Infinity utilise les tokens d’Ethereum et les NFT qui peuvent être transférés à faible coût via une chaine alternative appelée Ronin. Les joueurs utilisent souvent Uniswap pour échanger leurs ETH contre le token du jeu.

De même, des plateformes décentralisées de blogging comme Mirror utilisent le protocole de stockage de Arweave pour stoker leurs données. Et ainsi, les rédacteurs sont payés en crypto via leur adresse ENS.

La couche d’accès

Il s’agit des applications qui servent de points d’entrée pour toutes les activités du web3.

Si vous voulez jouer à Axie Infinity ou être payé pour votre contenu sur Mirror, vous aurez besoin d’un wallet. Au préalable, vous devrez utiliser des rampes d’accès pour convertir votre monnaie fiat (vos euros) en crypto (MoonpayWyre, ou des échanges comme Coinbase).

Avec des cryptos dans son wallet, l’utilisateur peut ensuite utiliser des agrégateurs comme DappRadar,  ZapperZerion, et Debank. Ces agrégateurs vous permettent d’avoir une vision consolidée de toutes vos activités sur les différentes apps du web3.

Nous sommes proches d’un futur dans lequel les plateformes du web2 comme Reddit et Twitter vont servir de points d’entrée dans le web3. Reddit devrait prochainement autoriser certaines communautés à récompenser leurs membres avec des tokens et des NFT. Twitter permet déjà à ses utilisateurs de s’offrir des récompenses en BTC.

Une structure en évolution perpétuelle

Les protocoles, infrastructures, applications et points d’accès constituent les éléments clefs du web3 : un internet possédé par ses utilisateurs.

Au-delà de l’aspect essentiel de la propriété, le pouvoir du web3 repose sur sa modularité et son interopérabilité. Cela signifie qu’il y a une infinité de façons dont les brisques peuvent être combinées pour créer de nouveaux et intéressants cas d’usage. Ce sont ces fonctionnalités qui vont mener à une explosion cambrienne de nouvelles applications.

Source : Coinbase

NB. : Certains (comme Jack Dorsey qui est un Bitcoin maximaliste) considèrent que la plupart des tokens du web3 sont la propriété des VC et que le web3 est juste un story telling pour que les particuliers leur servent de porte de sortie lors du listing en achetant les tokens qu’ils ont eu en private sale. Cf. cet article sur la manipulation du marché crypto par les VC.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.