Avoir le courage d’être heureux

Avoir le courage de ne pas être aimé

“Il faut du courage pour être heureux” : voici le message principal de la psychologie adlérienne. Pour être heureux, nous dit-elle, il faut avoir le courage de ne pas être aimé par tous.

Le livre “Avoir le courage de ne pas être aimé” – qu’il faut comprendre comme “avoir le courage d’être heureux” – présente les principes les plus importants du psychologue Alfred Adler.

Adler a été l’un des trois géants de la psychologie avec Sigmund Freud et Carl Jung. Pourtant, ses travaux originaux ont été progressivement délaissés et remplacés par ceux de Freud.

Le livre “Avoir le courage de ne pas être aimé” a remit les travaux d’Adler au goût du jour en impactant positivement la vie de millions de personnes. Dans cet article, vous découvrirez les trois principes essentiels du livre.

Principe #1 : Prenez conscience que votre mindset actuel détermine votre futur

“Nous ne sommes pas déterminés par nos expériences mais par le sens que nous choisissons de leur donner.”

Dans la psychologie freudienne, l’individu est déterminé par ses traumatismes passés (notamment ceux de son enfance).

Dans le modèle adlérien, ce ne sont pas vos expériences passées qui vous façonnent. Indépendamment de ce qui s’est passé, c’est le sens actuel que vous attribuez à ces évènements qui va déterminer votre futur. La vie n’est pas quelque chose que vous subissez de façon passive mais quelque chose que vous choisissez vous-même.

Selon Adler, l’aspect déterminant pour la direction de votre vie sera donc votre mindset. C’est-à-dire la façon dont vous interprétez les choses, soit, plus généralement, votre style de vie (vos tendances de pensée et d’action).

Ainsi, si vous prenez conscience que votre mindset actuel ne vous convient pas, il est possible de changer votre mindset. Il vous faudra peut-être changer d’environnement (lieu, fréquentations, etc.) et cela demandera donc de la détermination et du courage. Mais le message important c’est que le bonheur repose dans les mains de chaque personne.

Principe #2 : Séparez les tâches

Si vous ne vivez pas votre vie alors qui la vivra pour vous ?

Le système éducatif, qui fonctionne selon le modèle récompense/punition, formate à vivre selon les attentes des autres.

Adler recommande de vivre sa vie en se détachant du regard des autres. Pour y parvenir, il conseille d’utiliser le modèle de “la séparation des tâches“.

Lorsque vous faites quelque chose, identifiez ce qui relève de vous et ce qui ne relève pas de vous. Et faites ensuite la séparation des tâches : n’intervenez pas sur les tâches des autres; et ne vous laissez pas influencer par quelqu’un qui interviendrait sur une tâche qui relève de vous.

Par exemple, ce ne sont pas les circonstances qui vous poussent à avoir certaines réactions. C’est vous et vous seul qui choisissez vos réactions aux circonstances. Les circonstances ne relèvent pas de vous, mais vos choix oui.

Le désir de récompense (et d’éviter la punition) peut vous faire poursuivre des objectifs qui ne sont pas forcément les vôtres. Concentrez-vous sur vos tâches. Celles que vous choisissez vous-même de faire, celles qui sont importantes pour vous.

Principe #3 : Ayez le courage d’être vous-même

Si vous voulez vous perdre, faites ce que tout le monde vous dit.

Selon le modèle adlérien, les problèmes proviennent essentiellement des relations interpersonnelles. Le hic c’est que le bonheur provient également de ces relations. Nul ne peut s’en passer totalement [1].

Adler recommande d’exercer sa liberté en faisant ce qui semble le mieux. Quel que soit ce que vous ferez, vous devez accepter l’idée qu’il y aura souvent quelqu’un à qui cela déplaira. Cela ne doit pas vous freiner.

Ne pas être apprécié par quelqu’un peut être stressant. Mais c’est la preuve que vous exercez votre liberté et que vous vivez conformément à vos propres principes.

Pour Adler, le coût de la liberté c’est de ne pas être apprécié par tous. Le but n’est pas de rechercher à déplaire mais plutôt de ne pas s’en soucier lorsque cela arrive. [2]

Etre heureux nécessite du courage : le courage d’être vous-même (et donc celui ne pas plaire à tout le monde).

Notes

[1] La psychologie adlérienne définit des objectifs pour :

  • Le comportement : être autonome; vivre en harmonie avec la société;

  • La psychologie : avoir conscience de vos capacités; avoir conscience que les autres sont vos camarades (et non pas des ennemis).

[2] Un point important de la psychologie adlérienne est de ne pas juger les autres.

Pour aller plus loin : Lire le livre “Avoir le courage de ne pas être aimé” de Ichiro Kishimi et Fumitake Koga.

Copier et partager : https://mikaelecanvil.com/le-courage-de-ne-pas-etre-aime/

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.