La super pensée grâce aux modèles mentaux

La Super pensée et les modèles mentaux

“Qu’est-ce que la sagesse pratique élémentaire ? La première règle est que vous ne pouvez rien savoir si vous vous contentez de retenir des faits isolés. Si les faits ne sont pas reliés entre eux par de la théorie, vous ne les possédez pas dans une forme utilisable. C’est la raison pour laquelle vous devez mémoriser des modèles mentaux.” – Charlie Munger.

Dans cet article, je vais vous présenter les idées principales du livre Super Thinking (Gabriel Weinberg et Lauren McCann).

Ce livre présente une liste de modèles mentaux qui vont vous aider à prendre de meilleures décisions.

Pour plus de détail sur les modèles mentaux, je vous invite à lire : le guide des meilleurs modèles mentaux. Tous les modèles mentaux qui sont évoqués dans le résumé ci-dessous (en caractères gras) sont répertoriés dans le guide.

#1 Les modèles mentaux pour avoir tort moins souvent

Pour éviter les pièges mentaux, vous devez penser de façon plus objective. Essayez de raisonner depuis les principes premiers, remontez aux causes d’origine et cherchez à obtenir la troisième version. Utilisez le principe d’inversion : abordez les problèmes avec la perspective inversée (investissez avec une approche consistant à ne pas perdre d’argent).

Réalisez que vos interprétations intuitives du monde peuvent être fausses à cause du biais de disponibilité, de l’erreur fondamentale d’attribution, du biais de probabilité optimiste ainsi que d’autres modèles mentaux qui expliquent les erreurs courantes de raisonnement.

Utilisez les principes de simplicité du rasoir d’Ockham et du rasoir d’Hanlon pour trouver des explications. Ensuite, testez vos théories en allégeant vos hypothèses et en évitant des optimisations prématurées.

Essayez de penser en gris et faites un effort pour éviter le plus possible le biais de confirmation.

Recherchez activement d’autres perspectives incluant la position de l’avocat du Diable et pour surpasser la bulle de filtrage. Prenez en considération l’adage : “vous êtes ce que vous mangez”. Vous avez besoin de varier votre nourriture pour être en bonne santé. De même, adopter une variété de perspectives vous aidera à devenir un super penseur.

#2 : Les modèles mentaux pour anticiper et gérer les crises

Dans toutes les situations exposées aux effets de débordement (comme le facteur de pollution), recherchez les externalités (comme les mauvais effets sur la santé). Les réparer va nécessiter l’intervention du gouvernement (régulation) ou du marché.

Les biens publics (comme l’éducation) sont particulièrement exposés à la tragédie des communs (comme les écoles défavorisées) à cause du problème du passager clandestin (comme ne pas payer de taxe).

Faites attention aux situations d’asymétrie d’information; elles peuvent mener au problème du principal-agent.

Soyez vigilant lorsque vous basez des récompenses sur des résultats mesurables, parce que vous risquez de provoquer des résultats inattendus et indésirables (Loi de Goodhart).

Comprenez la distinction entre décisions irréversibles et réversibles et ne tombez pas dans la paralysie de l’analyse pour la dernière.

#3 : Les modèles mentaux pour gérer votre temps

Choisissez des activités en fonction de leur importance par rapport à votre étoile du Nord.

Gérez votre temps de sorte à ne faire qu’une seule chose importante à la fois (évitez le multitâches) ; faites en sorte que ce soit la top idée dans votre esprit.

Sélectionnez les options en fonction du modèle du coût d’opportunité (c’est une perspective inversée).

Utilisez le principe de Pareto pour trouver vos 80/20 dans n’importe quelle activité et ainsi augmenter votre effet de levier.

Reconnaissez quand vous atteignez des rendements décroissants et évitez les rendements négatifs.

Utilisez l’engagement et l’effet par défaut pour éviter le biais pour le présent.

Recherchez des raccourcis via des modèles, des outils ou des algorithmes. Envisagez également de reformuler le problème pour trouver des solutions originales (ou pour le rendre plus simple à résoudre).

Retrouvez le guide des principaux modèles mentaux : le guide.

#4 : Les modèles mentaux issus de la nature

Adoptez un point de vue expérimental, recherchez des opportunités pour lancer des expériences et appliquez la méthode scientifique dès que vous le pouvez.

Prenez en considération la loi d’inertie. N’essayez pas de changer des situations à forte inertie à moins d’avoir un avantage tactique comme la découverte d’un catalyseur ou beaucoup d’énergie potentielle.

Quand vous voulez faire changer les choses, pensez profondément à comment atteindre la masse critique et à la façon dont fonctionne le cycle de vie d’adoption des technologies.

Utilisez les fonctions de force pour graisser les roues du changement.

Cultivez activement votre aire de surface de chance et faites le travail nécessaire pour ne pas être submergé par l’entropie.

Quand vous faites face à ce qui semble être une situation à somme nulle ou de type noir ou blanc, recherchez des options supplémentaires et idéalement une situation gagnant-gagnant.

#5 : Les modèles mentaux issus des statistiques

Évitez de succomber à l’erreur du parieur ou à l’oubli de la fréquence de base.

Les preuves anecdotiques et les corrélations que l’on voit dans les données sont de bons générateurs d’hypothèses mais corrélation n’est pas causalité – vous avez toujours besoin de réaliser des expériences pour parvenir à des conclusions solides.

Tentez des expériences selon la méthode essais-erreurs, telles que des expériences aléatoires contrôlées ou des tests A/B qui aboutissent à des statistiques significatives.

Toute expérience isolée peut aboutir à un faux positif ou à un faux négatif et peut également être biaisée par plusieurs facteurs. Les facteurs d’erreur les plus communs sont le biais de sélection, le biais de réponse et le biais du survivant.

La duplication des expériences augmente la confiance dans les résultats donc commencez à prendre l’habitude de faire reviews systématiques et/ou des méta-analyses.

Gardez toujours à l’esprit que, lorsque vous gérez l’incertitude, les valeurs que vous voyez ou que vous calculez sont elles-mêmes incertaines. Vous devez donc toujours indiquer une marge d’erreur.

#6 : Les modèles mentaux en décision

Quand vous êtes tenté d’utiliser une liste pour-contre, considérez de passer au niveau supérieur avec une analyse coût-bénéfice ou un arbre de décision lorsque c’est approprié.

Lorsque vous faites une évaluation quantitative, réalisez une analyse de sensibilité de vos paramètres en entrée afin d’évaluer les données/hypothèses dans lesquelles vous aurez besoin d’une plus grande précision.

Faites attention aux événements Cygnes Noirs et aux inconnus inconnus. Utilisez la pensée en système et l’analyse de scénario pour les prendre en considération.

Pour les systèmes particulièrement complexes, utilisez les simulations pour vous aider à mieux évaluer les conséquences des différents scénarios.

Faites attention aux angles morts qui apparaissent dans les groupes de pensée. Utilisez la pensée divergente et la pensée latérale quand vous travaillez en groupe; cela vous permettra de faire ressortir plus de points de vue.

Essayez de trouver l’optimum global du système et recherchez les décisions qui vous en approchent le plus près possible.

#7 : Les modèles mentaux en gestion de conflit

Analysez les situations de conflit à travers les concepts de théorie des jeux. Voyez si vous vous trouvez dans des situations de type dilemme du prisonnier, jeu de l’ultimatum ou dans une guerre d’usure.

Considérez les outils que vous pouvez utiliser pour convaincre d’autres personnes de vous rejoindre en étant plus persuasif à l’aide des modèles d’influence : réciprocité, engagement, preuve sociale, rareté, autorité et la sympathie. Et faites attention à ceux qui sont utilisés sur vous, notamment à travers des pièges à utilisateurs (dark pattern).

Pensez à la façon dont une situation est présentée et s’il n’y a pas une autre façon de la présenter pour mieux communiquer votre point de vue (normes sociales vs normes de marché ou un appel aux émotions).

Essayez d’éviter les conflits directs car ils peuvent avoir des conséquences incertaines. Rappelez-vous qu’il existe souvent des alternatives qui mènent à des résultats plus productifs. Si la diplomatie échoue, considérez des stratégies de dissuasion ou d’endiguement.

#8 : Les modèles mentaux pour libérer le potentiel

Les gens ne sont pas interchangeables. Ils arrivent avec une variété de backgrounds et avec différents types de personnalités, forces et objectifs. Pour être le meilleur manager, vous devez gérer la personne en prenant en compte ses spécificités.

Définissez des rôles qui amplifient les forces et les motivations des individus. Évitez le principe de Peter en promouvant les gens dans des rôles où ils peuvent réussir.

Les gens ont besoin de formation pour atteindre leur plein potentiel, spécialement pour des nouvelles fonctions. La pratique délibérée est la façon la plus efficace pour aider les gens à progresser rapidement.

Quand vous essayez de nouvelles choses, faites attentions aux causes psychologiques des échecs telles que le syndrome de l’imposteur et l’effet Dunning-Kruger.

#9 : Les modèles mentaux pour augmenter son marché

Trouvez un secret et construisez votre carrière ou organisation autour de lui. Recherchez le développement clients par le product/market fit.

Si vous ne trouvez pas un spot intelligent dans ce que vous faites après un certain temps, évaluez votre position de façon critique et considérez un pivot.

Ne soyez pas complaisant; rappelez-vous que seuls les paranoïaques survivent. Surveillez les innovations disruptives.

Vous avez apprécié cet article ? Pour recevoir plus de conseils de ce type, vous êtes libre de vous abonner à ma newsletter.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *