Le loisir, fondement de la culture : Retrouver de la sérénité à l’ère du culte du travail

Le loisir fondement de la culture

“L’homme du passé aurait été incapable de comprendre notre conception moderne du travail; tout comme nous sommes incapables de comprendre leur conception du loisir.” – Joseph Pieper.

Dans “Le loisir, fondement de la culture“, le philosophe Josef Pieper critique la conception contemporaine du loisir et sa relation avec le travail. Il propose une vision du loisir au service de l’épanouissement personnel.

Josef Pieper (1904-1997) est un philosophe renommé du 20ème siècle. Il a consacré sa vie à la recherche de la vérité par l’exercice de la philosophie.

Dans cet article vous découvrirez deux idées importantes de son œuvre majeure.

Le culte du travail nous fait confondre ce qui est bien avec ce qui est dur
Le châtiment de Sisyphe

Sisyphe a été condamné à sans cesse pousser une pierre au sommet d’une montagne, d’où elle finit toujours par retomber. Sisyphe apparait comme le symbole du travailleur aliéné par sa fonction. Sa tâche est aussi dure que vaine : ses efforts n’ont pas de sens mais il est condamné à les répéter à l’infini.

Selon “Le loisir, fondement de la culture“, notre société contemporaine a sacralisé le travail. Un nouveau dogme est apparu : la passion pour l’effort surhumain au travail. Et son rituel, soit la prière moderne de cette culture, consiste à travailler très dur.

Mais, pour le philosophe allemand, la difficulté ne doit pas être prise pour une fin en soi. Il ne faut pas confondre les moyens et le résultat. Ce n’est pas le fait de travailler dur ou de faire des choses difficiles qui est bon; c’est le fait de faire quelque chose qui est bien. Tout ce qui est difficile n’est pas nécessairement plus méritant; il faut que ce soit plus difficile de sorte que dans le même temps ce soit un peu meilleur.

De l’importance de retrouver le véritable sens du loisir

Ce qui est au cœur du loisir, c’est la célébration. En elle se rejoignent les trois éléments constitutifs du concept de loisir : détente, aisance et libération de la fonction sociale.” – Joseph Pieper.

De nos jours, le temps libre ou les vacances sont généralement dédiés au repos, au divertissement ou à la détente via des activités – soit au rechargement des batteries. Nous appelons “loisirs” ces coupures temporelles entre deux périodes de travail.

Mais “Le loisir, fondement de la culture” nous explique que le loisir n’est pas simplement le résultat de conditions extérieures. Ce n’est pas le produit par défaut du temps libre.

Pour le philosophe, le loisir est essentiellement une attitude mentale et spirituelle qui permet de sortir véritablement de la sphère du travail. C’est une sortie spirituelle par le haut et non pas matérielle par le coté (cela c’est le divertissement).

Il s’agit d’une attitude de non activité et de calme intérieur. Elle consiste à être dans un état d’esprit réceptif et contemplatif qui procure une certaine sérénité : ne pas être occupé et laisser les choses se passer.

Le véritable loisir nécessite de rompre, l’espace d’un instant, avec son statut de producteur mais également de consommateur pour ressentir son essence profonde (c’est-à-dire son humanité) en prenant conscience et en appréciant le monde qui nous entoure.

Pour aller plus loin : Lire le livre “Le loisir, fondement de la culture” de Joseph Pieper.

Copier et partager : https://mikaelecanvil.com/loisir-fondement-de-culture/

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.