Gérer sa carrière tout au long de sa vie (Managing Oneself)

Le but dans la vie n’est pas d’être heureux. C’est d’être utile, d’être honorable, de faire preuve de compassion, d’avoir un impact. Soit de faire en sorte que notre existence ait compté pour les autres et qu’on ait bien vécu.”

Ralph Waldo Emerson

Managing Oneself est un petit guide pratique qui répond à la question suivante: Comment faut-il s’y prendre pour pouvoir s’épanouir professionnellement tout au long de sa vie ?

Dans un environnement de plus en plus incertain, face à la multitude des choix qui s’offrent à nous, savoir bien sélectionner devient déterminant.

Comment devons-nous nous y prendre pour progresser au mieux ? Comment faire pour s’orienter efficacement ? Nous sommes nombreux à nous sentir parfois un peu dépassés face aux différents choix de carrière qui nous semblent accessibles.

Le propos de Peter F. Drucker est justement de démontrer comment et pourquoi, aujourd’hui plus que jamais, l’individu doit apprendre à s’autogérer.

Qui est Peter Ferdinand Drucker ?

L’auteur de Managing Oneself est un expert en management d’entreprise. Professeur, consultant, théoricien, il est également l’auteur de nombreux livres de référence sur le management.

Celui que l’on surnomme le “pape du management” est autant écouté par les milieux d’affaires que par le public.

Son article Managing Oneself est devenu un classique de la Harvard Business Review. Dans cet article, le gourou du management fait une analogie entre l’homme et l’entreprise. Tout comme pour une société, un état des lieux s’impose.

Quelles sont mes forces ?

La plupart des gens sont incertains sur leurs forces. Pour vraiment déterminer vos forces, testez-les et analysez attentivement les résultats.

Plus précisément, quand vous vous lancez dans un projet, indiquez quelque part le résultat attendu. Un an après, faites la comparaison entre le résultat espéré et le résultat réel. Si le résultat réel est en dessous, c’est que vous aviez surestimé vos forces.

Votre analyse ne doit pas se baser sur vos opinions ou sentiments mais sur les résultats obtenus et les performances précédentes.

Cette analyse des feedbacks fait ressortir la stratégie suivante :

1/ Déterminez vos forces réelles (analyse stratégique de vos capacités);

2/ Travaillez pour améliorer ces forces (allocation optimale de votre temps et de votre énergie, dont la réserve est limitée);

3/ Surmontez votre ignorance (ne méprisez pas ce que vous ne connaissez pas, renseignez-vous un minimum dessus, cela pourrait devenir une de vos forces).

Dans quelles conditions suis-je le plus performant ?

Après l’analyse des forces vient celle du contexte. Sous quelles conditions êtes-vous le plus efficace ? Comment vos forces s’exercent-elles le mieux ?

Intégrez-vous mieux l’information en la lisant ou en l’écoutant ? En général, nous sommes soit l’un (quelqu’un qui lit) soit l’autre (quelqu’un qui écoute). Sachez à quelle catégorie vous appartenez. Apprenez également à identifier la catégorie de ceux à qui vous vous adressez.

Comment apprenez-vous de façon efficace ? En lisant, en répétant à haute voix ou en pratiquant ? Identifiez votre levier d’apprentissage et utilisez-le. Est-ce que vous travaillez mieux en équipe ou en solo ? En tant que consultant, coach, mentor ou collègue ? Travaillez-vous mieux sous stress ou dans un environnement plus calme ? Grande organisation ou petite structure ? Etc.

Trouvez votre meilleur contexte afin de vous y investir totalement.

Quelles sont mes valeurs ?

Pour vous sentir bien et afin d’être plus efficace, vous devez chercher à travailler dans un environnement qui vous correspond. Idéalement, vous devriez intégrer une organisation dont les valeurs sont proches des vôtres.

Sinon, vous vous exposerez à la fatigue, à la frustration et à la sous-performance. En effet, vous userez votre réserve de volonté de façon sous-optimale pour vous plier à une norme qui n’est pas la vôtre.

Privilégiez un système qui valorise les mêmes choses que vous. Cela donnera plus de sens à vos réalisations.

Trouvez votre place. C’est-à-dire, tout simplement, l’endroit où vous serez le plus performant. En général, ce sera aussi le lieu où vous vous sentirez le mieux.

A quoi devrais-je contribuer ?

Pour répondre à cette question, demandez-vous : quelle est l’utilité maximale que vous pouvez apporter ? Cette question en comporte trois autres:

1/ Quel est le besoin ?

2/ Etant donné mes forces, mon contexte de performance et mes valeurs, comment puis-je apporter la contribution maximale à ce qui doit être fait ?

3/ Quel résultat doit être atteint pour faire la différence ?

Pour répondre, planifiez-vous un projet sur un an et demi. Gardez en mémoire que les résultats doivent :

1/ Etre difficiles à atteindre (tout en étant atteignables)

2/ Avoir du sens pour vous (ils doivent vous permettre de créer la différence)

3/ Etre visibles et mesurables

Prenez la responsabilité pour le relationnel

Gérer son parcours professionnel nécessite de prendre la responsabilité pour le relationnel. Il s’agit d’accepter le fait que les autres soient aussi individualistes que nous-mêmes.

Ne faites pas partie de la majorité des gens qui attendent des autres qu’ils s’adaptent à eux. Montrez l’exemple et adaptez-vous aux gens. Devenez observateur et apprenez à vous ajuster au mode de fonctionnement des gens qui vous entourent. Se gérer soi-même passe par gérer les autres.

Pour être efficace dans vos relations avec les autres :

1/ Comprenez les gens avec lesquels vous travaillez : Adaptez-vous à leur force, leur façon de travailler et leurs valeurs.

2/ Prenez la responsabilité pour la communication : si vous n’avez pas obtenu le résultat désiré, ce n’est pas de la faute de la personne; c’est votre communication qui n’a pas été adaptée.

Préparez votre seconde partie de vie

A 45 ans, la plupart des cadres ont atteint le sommet de leur carrière. Après 20 ans à faire plus ou moins la même chose, on est bon dans notre domaine mais on n’y apprend plus grand chose.

Nous pouvons soit attendre la retraite… ou bien nous investir dans de nouveaux projets stimulants pour cette seconde phase de vie. Pour auto-gérer cette nouvelle phase, il y a trois façons de procéder:

1/ Démarrer une nouvelle carrière en changeant de travail;

2/ Conserver son emploi tout en développant une carrière en parallèle: en général, on commence en s’investissant dans une association (en y occupant une fonction qui prend quelques heures dans la semaine);

3/ Démarrer un nouveau projet entrepreneurial (souvent dans le social) : on peut enseigner ce que l’on a appris au cours de notre carrière et monter un business autour de cela.

A noter que toutes ces situations nécessitent de se préparer bien en amont.

Aujourd’hui, il est d’une importance vitale pour tous d’avoir un domaine dans lequel on contribue. Trouver le bon domaine nous permet d’apporter notre contribution maximale, de créer la différence et d’offrir beaucoup de valeur à un groupe de personnes. C’est ainsi que l’on s’épanouit.

Pour réussir sa carrière tout au long de sa vie, tout un chacun doit apprendre à s’auto-gérer. Il faut prendre la responsabilité de son propre développement. Vous devez devenir le CEO de votre vie.

Cet article est le premier d’une série à venir. Pour en savoir plus, vous êtes libre de vous abonner à ma newsletter.

A retenir : Pour réellement vous épanouir professionnellement, vous devez apporter une forte contribution, qui a du sens, dans un domaine qui vous plaît. Pour cela, vous devez trouver votre Ikigai.

Pour acheter ce livre, devenu un classique du management : Managing Oneself.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *