Comment trouver de la satisfaction dans votre travail

Trouver de la satisfaction dans son travail (so good they can’t ignore you)

Pourquoi certaines personnes apprécient leur travail alors que pour tant d’autres ce n’est pas le cas ?

On entend souvent dire que pour faire un travail qui nous plait, il faut trouver sa passion. Mais rares sont ceux qui ont une passion en eux dès leur plus jeune âge.

Alors, qu’en est-il de l’immense majorité des gens ? Et qu’en est-il de vous ? Si vous n’avez pas de passion, êtes-vous condamné à ne pas pouvoir trouver de satisfaction dans votre travail ? Bien évidemment, non (et heureusement !).

Dans le livre So good they can’t ignore you”, Cal Newport prend le contre-pied de l’idée trompeuse selon laquelle il faudrait suivre sa passion.

Dans cet article, vous apprendrez pourquoi la passion est un mauvais guide professionnel. Vous découvrirez que, si vous voulez aimer ce que vous faites, il vaut mieux développer vos compétences et vous laissez porter par elles. Et vous verrez que se découvrir une mission en cours de carrière est le guide optimal pour une satisfaction maximale au travail.

Comprendre la démarche de l’auteur

Cal Newport est un professeur agrégé d’informatique à l’Université de Georgetown. Il est également l’auteur de plusieurs livres à succès sur le développement personnel.

Lorsque Cal a terminé ses études, il s’est demandé ce qu’il allait faire de sa vie. Il n’avait pas de passion particulière. Et il ne savait pas quel type d’emploi lui apporterait de l’épanouissement.

Pour s’orienter, ce spécialiste des hacks d’optimisation (il est l’auteur du blog Study Hacks dans lequel il donne des conseils à des milliers d’étudiants et de professionnels) a décidé d’interviewer plusieurs personnes qui étaient passionnées par leur travail.

Son objectif était de comprendre par quels moyens elles étaient devenues passionnées par leur activité pour pouvoir appliquer leurs techniques dans sa propre vie. Le livre “So good they can’t ignore you” est la synthèse de ses recherches.

Enseignement #1 : “Suivez votre passion” est un mauvais conseil

Raison #1 : Les passions qui rapportent de l’argent sont rares

En général, lorsque l’on demande aux gens leur passion, les thèmes qui reviennent souvent sont : le sport, l’art, la lecture, la musique, etc. C’est-à-dire des activités ou des loisirs qui auront des débouchés professionnels pour très peu de personnes.

Pour la majorité des gens, il faudra soit trouver une nouvelle passion ou bien développer une autre stratégie pour choisir sa carrière.

Raison #2 : Les passions professionnelles prennent du temps pour émerger

Une chercheuse américaine a réalisé une étude sur la façon dont les gens percevaient leur travail. Elle a constaté que les gens les plus heureux dans leur travail étaient ceux qui y avaient passé suffisamment de temps pour y devenir compétents.

De nombreuses autres études le confirment : la passion n’est pas quelque chose de préexistant qui sommeillerait en nous et qu’il nous faudrait découvrir. C’est seulement lorsque l’on devient compétent dans quelque chose (relativement compliqué), donc après y avoir passé du temps, que la passion émerge. La passion apparaît ainsi comme la conséquence de l’expertise (plutôt que comme son origine).

Raison #3 : Les passions sont un mauvais guide

Le souci quand vous adoptez le mindset de la passion, c’est que vous aurez tendance à penser qu’il y a un emploi parfait pour vous qui vous attend quelque part. Raisonner ainsi vous fera voir tout ce qui ne va pas dans votre activité.

En effet, cet état d’esprit vous poussera à sans cesse vous interroger. Vous vous poserez continûment des questions qui n’ont pas de réponse dans l’absolu. “Quel est le job parfait qui me convient ?”. “Est-ce que l’emploi que j’occupe est vraiment le bon ?”. “Qui suis-je vraiment ?”, etc..

Évitez (ou sortez de) cet état d’esprit pour ne pas vous condamner à errer dans une spirale infernale de frustration.

Enseignement #2 : Misez sur le développement de vos compétences

Principe #1 : Adoptez le mindset de croissance de vos compétences

Le mindset de la passion vous fait vous concentrer sur la valeur que vous attendez de votre activité. Cela ne peut que générer de l’insatisfaction et du stress négatif. Ce n’est pas la solution.

Si vous désirez vous épanouir, vous devez adopter le mindset de croissance de vos compétences : appliquez-vous pour devenir toujours meilleur dans votre travail. Concentrez-vous sur la qualité de vos productions.

Il faut réaliser que personne ne vous doit une belle carrière. Si vous la désirez, vous devrez la mériter. Et ce ne sera pas facile. Aussi, quelle que soit votre activité, vous devez l’approcher comme un artisan concentré sur la qualité de sa production. Ce mindset de progression vous apportera de la clarté d’esprit et de la satisfaction dans votre travail.

Principe #2 : Assurez-vous que votre emploi rempli certaines conditions pour permettre votre épanouissement

Pour vous épanouir, vous devrez vous améliorer. Car c’est seulement en progressant que vous pourrez vous orienter progressivement vers des activités de plus en plus rares et à forte valeur.

“Les opportunités se multiplient lorsqu’elles sont saisies” Sun Tzu.

Mais pour cela, il vous faudra de la motivation. La théorie de l’auto-détermination nous indique que votre emploi doit satisfaire trois besoins fondamentaux générateurs de motivation :

  1. L’autonomie : avoir le sentiment que vous avez une marge de manœuvre sur l’organisation de votre journée.

  2. La connexion sociale : sentir que vous êtes connecté avec d’autres personnes.

  3. La compétence : avoir une zone de contrôle sur vos productions et avoir de l’impact.

Principe #3 : Pour développer vos compétences, adoptez la stratégie de la pratique délibérée

De nombreuses études ont montré qu’en général les grands accomplissements ne sont pas le fait de talents naturels mais plutôt d’une accumulation d’une grande quantité de pratique délibérée. Et cela est vrai quelle que soit l’activité en question.

Maxime Gladwell a popularisé l’expression selon laquelle il faudrait 10 000 heures de pratique délibérée pour devenir un expert dans un domaine. Il précise que la pratique délibérée ne consiste pas seulement à pratiquer une activité.

La pratique délibérée est une stratégie d’apprentissage où l’apprenant s’engage à suivre un exercice d’entraînement planifié et répété, dans une logique de progression, avec un objectif bien défini”.

Ces 10 000 itérations nécessitent que vous obteniez des feedbacks quotidiens (de vous, de vos collèges ou de vos clients) pour vous assurer que la qualité de vos productions augmente. C’est une pratique difficile car elle vous fait sortir de votre zone de confort pour accroître votre domaine d’expertise.

“Faire les choses que nous savons faire est plaisant mais c’est exactement le contraire de la pratique délibérée… La pratique délibérée est avant tout un effort de concentration et d’attention. C’est ce qui la rend délibérée.” – Geoff Colvin.

Si vous parvenez à intégrer la pratique délibérée dans votre activité, vous aurez la possibilité de largement surpasser vos équivalents. C’est la stratégie optimale pour devenir “so good they can’t ignore you” (tellement bon qu’ils ne pourront pas vous ignorer).

Principe #4 : Prenez progressivement le contrôle sur votre carrière

Plusieurs études ont montré que plus l’on donne de contrôle aux gens sur ce qu’ils font et plus cela augmente leur épanouissement et leur engagement.

Donc, pour aimer ce que vous faites, votre première étape est de développer vos compétences et ensuite d’investir ces compétences dans quelque chose de significatif dans lequel vous aurez de plus en plus d’initiative.

Mais pour avoir vraiment le contrôle, vous aurez besoin d’avoir de l’indépendance financière. Aussi, lorsque vous décidez si vous devez investir votre énergie dans une activité ou non, demandez-vous si les compétences exigées sont des compétences recherchées sur le marché.

Enseignement #3 : Définissez-vous progressivement une mission

L’importance d’une mission motivante

A partir des différentes interviews qu’il a menées, Cal a constaté que le point commun des personnes les plus satisfaites de leur travail était qu’elles avaient le sentiment de remplir une mission. Sentir que l’on travaille pour quelque chose d’utile et de plus grand que soi est une profonde source d’épanouissement.

Pourtant, cette mission (qui guide désormais leur carrière) ne leur était pas connue dès le départ. En effet, on ne peut pas distinguer une mission sans avoir auparavant développé des compétences spécifiques qui rendent la mission visible. En général, c’est ainsi que les missions apparaissent : progressivement.

Alors, la question devient donc : comment transformer une activité quotidienne en une mission inspirante et motivante ?

Comment trouver votre mission

Pour trouver votre mission, vous devrez d’abord être à la pointe des compétences de votre domaine. C’est seulement en arrivant là que vous verrez des choses possibles (le “possible adjacent“) que d’autres ne peuvent pas voir.

La mission n’est donc pas un point de départ mais elle apparaîtra aux patients qui progresseront de façon continue. Une locution latine traduit bien cette idée : “Gradatim Ferociter” (étape par étape, avec persistance).

Il ne faut pas non plus craindre de se tromper de chemin. Les petites erreurs sont des feedbacks qui font partie de l’aventure. En effet, Cal a retenu de ses interviews que ceux qui avaient trouvé une mission avaient procédé par tests. Ils ont testé des choses et ont eu de nombreux petits “échecs”. Ils ont donc réajusté leur stratégie jusqu’à parvenir à une victoire significative.

“Le seul homme qui ne fait jamais d’erreurs est celui qui ne tente rien.” – Theodore Roosevelt

Enfin, pour accompagner cette stratégie des essais et transformer votre activité en mission générale, vous devrez également adopter le mindset d’un marketer. Car, pour que votre mission devienne un succès, elle devra être remarquable de deux façons : 1/ Elle devra littéralement attirer l’attention des gens d’elle-même (de part sa qualité et son utilité); 2/ mais vous devrez également la médiatiser d’une façon efficace.

L’idée principale : Pour faire le métier que vous aimez, abandonnez l’idée trompeuse selon laquelle il faudrait suivre sa passion. Adoptez un mindset de croissance et développez des compétences rares mais recherchées. Ensuite, à l’aide de votre expertise, tentez d’identifier une mission générale et utilisez-la comme guide.

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à ma newsletter hebdomadaire pour être informé de la publication d’autres articles similaires.

Pour aller plus loin : Lire le livre So good they can’t ignore you (Cal Newport).

Pour copier et partager : https://mikaelecanvil.com/satisfaction-au-travail/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *