La guerre de l’art : Comment libérer votre potentiel créatif

Une guerre contre soi-même

La guerre de l’art : Libérez votre créativité (The War of Art)

“Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. Commence maintenant.” – Goethe.

Il y a deux vies. La vie que l’on pourrait vivre et celle que l’on vit. Lorsqu’il y a un écart, c’est parce qu’il y a un ennemi qui empêche la réalisation de notre potentiel : la “Résistance”.

“La Résistance”, c’est ainsi que Steven Pressfield qualifie la puissante force d’inertie qui empêche de nombreuses personnes de réaliser le potentiel créatif qu’elles ont au fond d’elles-mêmes.

Si parfois vous sentez que vous ne faites pas ce que vous devriez faire alors vous connaissez la Résistance.

Dans cet article, je vais vous présenter les idées essentielles du livre “The War of Art” (La guerre de l’art) de Steven Pressfield.

Vous allez apprendre comment il définit la Résistance. Et vous allez découvrir les techniques qu’il donne pour l’affronter afin de pouvoir enfin libérer votre potentiel.

Définir l’ennemi : La Résistance

“L’ennemi est un très bon professeur.” – Dalaï Lama.

Une force paralysante

Avez-vous déjà eu envie de vous lancer dans un nouveau projet ? Envie de créer un produit numérique, d’apprendre une nouvelle compétence ou de lancer un nouveau service ? Etes-vous dans cette situation où l’envie est forte mais pourtant vous n’avez pas encore commencé ?

La Résistance est précisément cette force qui se met en travers de vous et de la réalisation de tous vos désirs d’engagements importants qui n’apportent leurs gratifications qu’à long terme. Il s’agit d’une force de gravité psychique qui pèse sur votre créativité.

Plus le projet sera important pour vous et plus la force paralysante de la Résistance sera élevée. Elle utilisera toutes les ruses de votre cerveau pour dresser des blocages internes sur votre route. L’ennemi est à la hauteur de l’enjeu.

Les différents visages de la Résistance

Sa marque est toujours la même : la paralysie d’un projet. Mais la force en jeu, on ne la reconnait pas toujours car, tel un mauvais génie, elle se camoufle sous de nombreux visages pour nous faire croire qu’elle n’existe pas :

  • Le doute : la crainte de ne pas avoir le niveau.

  • L’ego : la peur du jugement des autres.

  • La procrastination : la rationalisation pour remettre le début à plus tard.

  • La peur : la peur de réussir (la réussite d’un projet important implique souvent un changement de vie).

La Résistance ne cible pas spécifiquement certaines personnes. Vous ne devez pas penser qu’elle s’en prend personnellement à vous. Cette force d’inertie attaque tout le monde indistinctement. Tous ceux qui veulent se lancer dans des projets importants y font face d’une façon ou d’une autre.

Par exemple, avant chaque performance, l’acteur Henry Fonda était pris d’un stress terrible, même à 75 ans. Ainsi, même avec l’expérience, avant chaque réalisation importante, la Résistance sera toujours là.

Il est impossible de la dépasser en la contournant. Vous n’avez pas le choix. Pour avancer, vous devez l’affronter. Vous devez faire votre guerre interne, votre guerre de l’art.

“Ce n’est pas la montagne que l’on conquiert, mais soi-même.” – Edmund Hillary

Combattre l’ennemi : Comportez-vous comme un professionnel
Mindset amateur versus mindset professionnel

La meilleure façon de combattre la Résistance est d’abandonner le mindset d’amateur et d’adopter celui d’un professionnel.

Le mindset amateur consiste à faire les choses quand on a envie, pour le plaisir. La plupart des gens se lancent dans un nouveau projet avec cet état d’esprit. Mais ce mindset ne permet pas d’accomplir des choses importantes. La Résistance prend vite le dessus.

Adopter le mindset professionnel c’est traiter son activité créatrice de manière aussi rigoureuse et régulière que le fait un professionnel. Dans cet état d’esprit, vous ne considérez pas votre projet comme un loisir mais comme une occupation professionnelle.

Quand on demandait au romancier Somerset Maugham s’il écrivait selon un calendrier ou uniquement lorsque l’inspiration lui venait, il répondait : “j’écris lorsque l’inspiration vient. Heureusement, elle vient tous les matins à neuf heures précises”. C’est cela un mindset de professionnel.

Généralement, nous avons tous un mindset de professionnel lorsqu’il s’agit de faire les choses qui nous permettent de vivre. Le salarié qui va au travail tous les jours, et qui est payé pour son temps de travail, se comporte comme un professionnel. Il prend le contrôle sur la Résistance car il joue sa peau (il a du skin in the game).

Devenir professionnel

De façon plus générale, voici les qualités qui définissent ceux qui lancent un projet avec une attitude professionnelle :

  • Régularité : Ils se présentent tous les jours et restent sur leur tâche le temps qu’il faut. Ils ne se cherchent pas d’excuses pour procrastiner, ils sont dévoués à leur projet.

  • Engagement : Ils sont engagés sur le long terme. Ils savent que leur projet va nécessiter de la patience.

  • Conscience de l’enjeu : Ils ont conscience que les enjeux sont réels et élevés. La prise de conscience de l’importance de l’enjeu pour leur réalisation personnelle les motive pour face à la Résistance.

  • Compétence : Ils apprennent à maîtriser la technique nécessaire à la réalisation de leur projet.

  • Rémunération : Ils acceptent une rémunération pour leur travail. L’amateur travaille pour le plaisir. Le professionnel, au moins pour l’argent, et parfois pour les deux. La rémunération joue également le rôle d’un feedback.

Lorsque vous évitez de vous poser la question de savoir si vous devez avancer sur votre projet maintenant ou plus tard mais que vous développez l’habitude de commencer la tâche, vous éliminez la Résistance.

La discipline que vous avez vis-à-vis de vos obligations extérieures, utilisez-la pour faire émerger les projets qui sommeillent au fond de vous. Tournez le dos à l’amateur. Ne vous laissez pas le choix, imposez-vous des rituels. Faites-vous violence pour vous engager à avancer sur ce que vous aimez.

“Il y a un secret que tous les vrais écrivains savent mais que les aspirants écrivains ne savent pas, et le secret est le suivant : ce qui est dur ce n’est pas l’écriture. Ce qui est dur c’est de s’asseoir pour écrire. Et ce qui nous empêche de nous assoir c’est la Résistance.” – Steven Pressfield.

Le mot de la fin

Le livre The War of Art (La guerre de l’art) peut sembler assez léger au niveau des conseils mais il contient quand même des choses intéressantes.

Tout d’abord, personnifier la force d’inertie (Résistance) comme un mauvais génie intérieur est une approche originale et utile. Identifier précisément un ennemi peut être un moyen pour mieux le gérer.

Ensuite, on découvre des anecdotes sur Steven Pressfield. On apprend ainsi qu’il a galéré pendant de nombreuses années avant de découvrir, sur les conseils d’un ami, des livres sur la volonté, le flow, l’engagement et la motivation. Ce sont ces livres qui lui ont permis d’adopter une attitude de professionnel pour vaincre la Résistance afin de faire décoller sa carrière d’écrivain.

Au final, avec son premier livre de non fiction, l’écrivain tente de rendre la pareille à ceux qui souhaitent se lancer dans des activités créatrices de valeur.

Le message de “La guerre de l’art” est simple : l’activité créatrice est une guerre contre soi-même. Pour surmonter votre Résistance intérieure, il vous faut aborder votre projet comme un professionnel : 1/ utilisez le pouvoir des habitudes pour avancer régulièrement et 2/ améliorez progressivement votre expertise (un focus sur la progression plutôt que sur la perfection).

Pour paraphraser Alexandre Dumas : ne laissez pas un faible obstacle contrarier un grand dessein.

Valeur visuelle

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à ma newsletter hebdomadaire pour être informé de la publication d’autres articles similaires.

Pour aller plus loin : Lire le livre The War of Art (Steven Pressfield).

Pour copier et partager : https://mikaelecanvil.com/la-guerre-de-lart/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *