Superforecasting : l’Art et la Science de la Prédiction

Superforecasting :the art and science of prediction

Comment développer ses capacités pour faire de meilleures prévisions ?

Nous faisons constamment des prévisions.

Lorsque nous décidons de faire des études, de choisir une voie professionnelle, de nous mettre en couple, d’acheter une maison, etc. nous faisons des prévisions sur ce que sera le futur.

De bonnes prévisions conduisent à de bonnes décisions. Il est donc important d’apprendre à faire les meilleures prévisions possibles.

Aussi, lorsqu’il s’agit d’évènements difficiles à prévoir et à impact important (politique, finance, etc.), les gens se tournent généralement vers des experts pour les aider à s’orienter.

Mais les travaux du psychologue Philip Tetlock ont montré que les experts sont en moyenne aussi précis qu’un singe qui lancerait des fléchettes sur les réponses d’un QCM. Autrement dit, leurs résultats ne sont pas meilleurs que le hasard. Cela montre les limites de l’expertise sur des questions complexes.

Néanmoins, cela ne veut pas dire qu’il est impossible de faire des bonnes prévisions sur des sujets complexes. Le professeur Tetlock a organisé des tournois [1] faisant s’affronter les meilleurs prévisionnistes pour faire des prédictions sur des questions d’actualité. Au fil de ces tournois, il s’est aperçu qu’il existait bien des prévisionnistes qui excellaient. Il les appelle : “superforecasters” (super prévisionnistes).

Dans cet article, vous découvrirez qu’être un excellent prévisionniste est surtout une question de mindset. Et vous apprendrez les dix règles à suivre pour devenir un superforecaster.

Les superforecasters

Durant quelques années, Tetlock a recruté des amateurs (des particuliers volontaires) et les a fait s’affronter sur des milliers de questions à propos de l’actualité [2]. Ils ont monté une équipe (Good Judgement Project) avec les prévisionnistes qui obtenaient les meilleurs scores.

Ces superforecasters (des prévisionnistes amateurs) [3] ont d’abord affronté pendant des années des universitaires experts sur des questions de politique internationale à court terme (échéance à un an maximum). Les amateurs ont gagné (+30% à 70% de meilleures réponses). Ils ont ensuite affronté des analystes professionnels travaillant dans des agences de renseignement. Et ils les ont également vaincus. Leurs performances étaient si impressionnantes que plus aucun professionnel n’a souhaité les affronter.

En général, les experts qui font des prévisions à la TV ne sont pas invités pour la qualité de leurs prévisions (on les confronte d’ailleurs rarement à leurs résultats). Ils sont invités parce qu’ils racontent des histoires simples et divertissantes et aussi parce qu’ils sont convaincants. Ce sont des soldats (des hérissons) qui défendent leur grande conviction.

Tetlock explique la performance des superforecasters non pas par leur niveau d’étude ou leur métier (il s’agissait d’amateurs de tout profil). Il l’explique par leur façon de raisonner. Ces super-prévisionnistes sont ouverts d’esprit, curieux, attentifs et surtout autocritiques. Ils ne succombent pas à l’illusion de la compétence; ils font passer la qualité de leur décision avant leur ego. Ce sont des renards qui ont un mindset de scout : ils améliorent leurs prévisions en ajustant sans cesse leurs croyances à la réalité [4].

Quelles sont les caractéristiques d’une personne superforecaster ?
Perspective philosophique
  • Prudente : rien n’est certain
  • Humble : la réalité est infiniment complexe
  • Non déterministe : ce qui se produit n’est pas la fatalité et n’a donc pas nécessairement à se produire
Capacité et style de pensée
  • Activement ouverte d’esprit : les croyances sont des hypothèses qui doivent être testées et non pas des trésors à protéger
  • Intelligente, bien informée (avec un goût prononcé pour les activités cognitives) : curiosité intellectuelle, aime les puzzles et les challenges mentaux
  • Réfléchie : introspection et autocritique
  • Quantitative : à l’aise avec les chiffres (sans être nécessairement matheuse)
Dans sa façon de faire des prévisions, la personne superforecaster tend à être
  • Pragmatique : elle n’est pas mariée avec ses idées ou un agenda
  • Analytique : capable de prendre de la hauteur avec son intuition pour considérer d’autres vues
  • Synthétique : valorise diverses approches et les synthétise en se les appropriant
  • Probabiliste : évalue les choses selon leurs divers degrés
  • Réactive aux feedbacks : elle change son avis quand les faits changent
  • Psychologiquement intuitive : consciente des biais psychologiques et donc de l’importance de vérifier son raisonnement (par soi-même ou d’autres)
Ethique au travail
  • Mindset de croissance : elle croit que c’est possible de progresser
  • Détermination : elle est déterminée à continuer quel que soit le temps que cela prendra

Selon Superforecasting, le meilleur prédicteur d’élévation d’un prévisionniste au rang de super-prévisionniste est la conscience d’être une éternelle version en progrès : le degré auquel quelqu’un est engagé à s’actualiser et à s’améliorer.

Les dix commandements pour les aspirants superforecasters : comment faire de meilleures prévisions
  1. Bien sélectionner ses questions : se concentrer sur les questions où vos efforts paieront le plus (évitez les questions à long terme car trop incertaines)
  2. Transformer un problème intraitable en plusieurs petits problèmes traitables : décomposez une question à la réponse inconnue en plusieurs questions dont vous connaissez les réponses (méthode de Fermi [5]).
  3. Ajuster l’équilibre entre la vue extérieure et la vue intérieure : le superforecaster commence toujours par raisonner en recherchant des situations similaires dans le passé (vue extérieure). Puis, il ajuste avec les faits actuels et son raisonnement (vue intérieure)
  4. Ajuster l’équilibre entre sous-réagir et sur-réagir aux faits : l’actualisation compétente de l’avis nécessite de faire la distinction subtile entre ce qui relève du signal et ce qui relève du bruit
  5. Regarder les questions en adoptant les points de vue opposés
  6. Identifier le plus finement possible le niveau d’incertitude : les meilleurs prévisionnistes font la différence entre 60/40 et 40/60 (et même entre 55/45 et 45/55). Ce niveau de précision peut sembler exagéré mais il contribue à distinguer les superforcasters des autres [6]
  7. Trouver le bon équilibre entre prudence et assurance
  8. Rechercher honnêtement les failles dans ses raisonnements : ne pas chercher à justifier ou excuser ses erreurs
  9. Rechercher le meilleur chez les autres et laisser les autres amener le meilleur chez soi : savoir travailler en équipe
  10. Pratiquer la pratique délibérée pour améliorer son jugement pour faire de meilleures prévisions
Notes

[1] Les tournois ont été organisés via son projet IARPA : l’Intelligence Advanced Research Projects Activity est une agence de renseignement qui mène des travaux de recherche sur l’art et la science de la prévision.

[2] Exemples de questions sur l’actualité : qui sera élu lors de telle élection ? Est-ce qu’un nouveau pays intégrera l’OTAN durant telle période ? Y aura-t-il un conflit dans cette région du monde ? Etc.

[3] Ces superforecasters, capables d’anticiper les évènements majeurs et de faire des prévisions fiables, sont aujourd’hui devenus des professionnels très recherchés par des sociétés qui louent leurs services. Il y a en effet eu suffisamment d’occurrences pour faire ressortir un talent certain (vs la chance).

[4] Les super-prévisionnistes ont un avantage surprenant : n’étant pas des experts des questions traitées, ils ont peu d’ego investi dans leurs prévisions. Cela leur permet d’ajuster plus facilement leurs croyances que si leur identité était investie.

[5] Le physicien Enrico Fermi demandait à ses étudiants : combien y a-t-il de réparateurs de piano à Chicago ? La bonne façon de résoudre ce problème (sans accès à internet :)) était de décomposer cette question en plusieurs questions :

  • Combien y a-t-il de pianos à Chicago ? (Puis : quelle est la population de Chicago ? Quel est le pourcentage de gens qui ont piano ?)
  • Combien de réparations par an faut-il ?
  • Quelle durée prend la réparation d’un piano ?
  • Combien d’heures par an un réparateur de piano travaille-t-il ?

[6] Graphique de l’actualisation de la prévision d’un superforecaster sur une question d’actualité en fonction des faits qu’il analyse. (Sur certaines questions, le superforecaster affine sa prévision 77 fois !).

Pour aller plus loin : lire “Superforecasting : The Art & Science of Prediction” de Philip Tetlock et Dan Gardner.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.