Antifragile : Comment prospérer dans un monde d’incertitude

Antifragile

“Il semble que le secret de la vie soit l’antifragilité.” – Nassim Taleb.

Dans un monde caractérisé par une très forte volatilité quelle est la meilleure stratégie pour pouvoir prospérer ?

Certains systèmes cassent sous la volatilité. Ils sont dits fragiles. D’autres sont indifférents à la volatilité. Ce sont les systèmes robustes. Mais une troisième catégorie de systèmes tire profit de l’incertitude. Nassim Taleb les qualifie d'”antifragiles”.

Dans le livre “Antifragile : les bienfaits du désordre, Nassim Taleb explique qu’être résilient ne suffit plus pour se développer dans un monde aussi désordonné que notre époque. Pour prospérer, il faut faire de l’incertitude son alliée : il faut devenir antifragile.

Dans cet article, vous découvrirez quatre principes essentiels pour devenir antifragile.

Comprendre l’antifragilité

Tout le monde connaît bien la notion de fragilité : est fragile ce qui peut être endommagé sous un léger choc. Les objets fragiles doivent donc être protégés des situations volatiles.

Par contre, si vous demandez à quelqu’un quel est l’opposé de fragile, vous obtiendrez souvent comme réponses : “robuste”, “solide”, “résistant”, etc.

Mais, pour Taleb, ces réponses sont fausses. L’opposé de la fragilité positive devrait être la fragilité négative et non pas la fragilité neutre.

L’antifragilité c’est la fragilité négative. Ainsi, est antifragile tout système qui se renforce sous l’effet de chocs non excessifs. C’est-à-dire ce qui apprécie une certaine dose de stress et de volatilité.

Taleb définit donc un modèle à trois états qui s’applique à tout ce qui évolue (personnes, organisations, idées, organismes, etc.) :

  • Fragile : ce qui craint l’incertitude;

  • Robuste : ce qui est indifférent à l’incertitude;

  • Antifragile : ce qui bénéficie d’un niveau d’incertitude.

Ainsi, le corps est plus que robuste, il est antifragile. Par exemple, Locuste était une empoisonneuse de la Rome Antique. Pour immuniser son organisme contre les poisons, elle pratiquait la mithridatisation (elle buvait un peu de poison chaque jour). En soumettant ainsi son organisme à des petits chocs, elle le renforçait. Les vaccins fonctionnent selon ce même principe qu’une faible dose d’une substance nocive bénéficie à l’organisme.

Autre exemple, les exercices de musculation provoquent des micro-déchirures. Mais ces chocs, espacés d’une période de récupération, fortifient le corps. Taleb évoque également l’alimentation équilibrée (variabilité dans le choix des aliments) ou le jeun intermittent (variabilité dans la période d’alimentation) comme pratiques positives d’exposition au hasard pour renforcer l’organisme.

L’Hydre est antifragile : chaque tête tranchée donne naissance à deux nouvelles têtes.

L’exposition à la variabilité renforce l’antifragile. Aussi, les personnes ou les systèmes qui tentent de se renforcer via la recherche excessive de stabilité ne font finalement que se fragiliser à long terme. Pour bénéficier des bienfaits de la volatilité (le stress, les chocs, l’adversité, les aléas), Taleb recommande donc de devenir antifragile. Selon ce spécialiste du risque, il s’agit de la meilleure stratégie pour prospérer dans une époque dominée par les Cygnes Noirs.

Principe d’antifragilité #1 : Distinguer le signal du bruit

Pour pouvoir prendre de bonnes décisions, il faut s’appuyer sur des informations de qualité. C’est-à-dire qu’il faut parvenir à filtrer l’information reçue en éliminant le bruit (l’inutile) du signal (l’utile).

L’information qui a survécu au filtre du temps a plus de chance d’être une information importante. Sa résistance au temps renforce progressivement la preuve de son importance ou de sa validité; elle démontre son antifragilité.

A l’opposé, l’information continue fournie par les médias constitue essentiellement du bruit. La plupart des informations d’un jour sont fragiles et deviennent obsolètes le jour suivant. De plus, ce bruit constant – que l’on peut voir comme une pression incessante qui ne permet pas la récupération – fragilise la personne qui le reçoit.

C’est la raison pour laquelle il est contre-productif de suivre les actualités tous les jours. En effet, quand on observe fréquemment un événement aléatoire sur une courte période, qu’il s’agisse de l’actualité ou de l’évolution de son portefeuille financier, c’est le bruit (la variabilité) que l’on observe et non pas le signal (la tendance).

Paradoxalement, c’est donc en limitant son accès à l’information que l’on s’informe le mieux. Espacer sa consultation d’informations (lire des périodiques plutôt que des quotidiens) permet de mieux distinguer le signal du bruit et donc de prendre de meilleures décisions [1].

Principe d’antifragilité #2 : Utiliser des options

Au cœur de la fragilité et de l’antifragilité, il y a une asymétrie face au risque :

  • Fragilité face à l’incertitude : il y a plus à perdre qu’à gagner à s’exposer au hasard. Il s’agit donc d’une asymétrie défavorable;

  • Fonction concave : gain délimité; perte potentiellement infinie.
  • Antifragilité face à l’incertitude : Il y a plus à gagner qu’à perdre à s’exposer au hasard. C’est une asymétrie favorable.

Fonction convexe : perte délimitée; gain potentiellement infini.

Pour exploiter l’asymétrie favorable (la non-linéarité convexe), Nassim Taleb recommande d’utiliser des options. Prendre une option c’est s’offrir pour un prix déterminé dans le présent la possibilité (et non pas l’obligation) de réaliser une action dans le futur. Plus il y a d’incertitude et plus les options sont intéressantes car elles prennent leur valeur dans les queues de distribution (les extrêmes où résident les rendements exponentiels). Elles exploitent les effets non-linéaires convexes, c’est-à-dire les situations dans lesquelles des petits changements imprévisibles peuvent avoir des impacts positifs extrêmes sur le résultat.

Il y a plein d’options cachées dans la vie courante. Taleb évoque l’exemple du locataire d’appartement. Le locataire a généralement l’option de rester dans son appartement aussi longtemps qu’il le désire mais aucune obligation de le faire. Lorsque les loyers du marché augmentent, il est protégé. Par contre, si les loyers diminuent, il peut exercer son option et quitter son appartement pour un loyer moins cher (ou il peut acheter).

L’option vous rend antifragile face à l’incertitude : les mauvaises conditions ne vous affectent pas (dans ce cas, vous ne réalisez pas votre option) et les bonnes conditions vous sont profitables. Avec l’option, vous vous exposez uniquement à l’extrême qui vous est profitable – pour une perte limitée au coût de l’option.

Les asymétries existent également dans la création : vos créations seront antifragiles si elles séduisent fortement un petit nombre de personnes et déplaisent à d’autres (c’est-à-dire si elles polarisent sur les extrêmes). Tandis qu’elles seront fragiles si elles plaisent moyennement à un grand nombre de gens.

Principe d’antifragilité #3 : Adopter une stratégie d’investissement antifragile

La meilleure façon d’accéder à l’antifragilité consiste par commencer à réduire les inconvénients plutôt qu’à augmenter les avantages. La survie prime sur le succès.

Pour s’exposer aux Cygnes Noirs positifs tout en se prémunissant contre les Cygnes Noirs négatifs, Nassim Taleb évoque une stratégie d’investissement polarisée sur les extrêmes : aversion extrême pour le risque (côté Cygne Noir négatif) et amour extrême pour le risque du Cygne Noir positif.

Par exemple, cette stratégie consistera à placer 90% de son portefeuille dans des fonds “sécurisés” (et protégés de l’inflation) et 10% dans des titres à risque maximum. Elle s’oppose à celle de l’investisseur qui place 100% de son portefeuille dans des fonds à risque “moyen” et qui s’expose à la perte de son capital pour avoir sous-estimé le risque encouru.

L’antifragilité dans les investissements est une combinaison de paranoïa (sécurité maximum) et d’agressivité (spéculation maximale). Pourquoi cette poche de risque ? Parce que, dans un monde avec des potentiels Cygnes Noirs, il vaut mieux participer à une opération à fort potentiel en y engageant une petite somme plutôt que de risquer de la manquer (il faut s’exposer à la chance) [2].

Un portefeuille antifragile tire profit de la volatilité. Un portefeuille fragile en souffre.

Principe d’antifragilité #4 : Suivre les conseils de ceux qui ont des cicatrices

Le problème du principal/agent exprime l’asymétrie d’intérêts qu’il y a dans une transaction entre celui qui joue sa peau et celui qui ne la joue pas. Il s’agit d’une divergence d’intérêts entre le propriétaire (Principal) et l’employé (Agent).

Pour faire avancer son entreprise, l’intérêt du fondateur est d’agir. Il est engagé dans le jeu (il a du skin in the game). Par contre, pour toucher son salaire, l’intérêt de l’employé est de paraître agir (aux yeux du propriétaire). Pour aligner des intérêts asymétriques, le Principal doit mettre en place un système d’incitation adéquat.

On retrouve ce problème d’asymétrie d’intérêts dans le cas des personnes qui donnent des conseils mais qui ne sont pas exposées aux conséquences de l’application de leurs conseils. Nassim Taleb critique notamment les économistes et les éditorialistes.

Une règle pratique simple de Taleb : “ne demandez jamais au médecin ce que vous devez faire; demandez-lui ce qu’il ferait, lui, s’il était à votre place“. Il faut suivre l’exemple, pas les paroles. Autrement dit, les actes comptent plus que les mots.

Le tableau de la fin : les trois types d’exposition

[1] : Par contre, les algorithmes sont antifragiles vis-à-vis de l’information : plus ils reçoivent de chocs (c’est-à-dire plus ils collectent d’informations) et plus leur capacité prédictive s’améliore.

[2] : L’immersion sélective asymétrique dans des courants de pensées via les réseaux sociaux (notamment Twitter) permet de rester ouvert à certaines opportunités potentielles tout en éliminant les effets négatifs du bruit.

Pour aller plus loin : Lire le livre “Antifragile : Les bienfaits du désordre de Nassim Taleb.

Copier et partager : https://mikaelecanvil.com/antifragile/

 

Articles similaires

4 comments

  1. Je suis totalement d’accord avec le commentaire de “Christ”.

    Continuez ainsi ☺️👍

    C’est toujours un plaisir de lire vos articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *